Rencontres Équatoriennes

English version available here.


Juan et son combi Volkswagen

À notre arrivée au camping Summerwind à Ibarra, nous montons les tentes à côté du beau combi Volkswagen de Juan.

La timidité de part et d’autre des campements a ralenti les premiers échanges, qui n’aboutissaient qu’à de cordiaux “bonjour” ou “bon appétit”. Mais une semaine à partager le camping, sa cuisine et sa terrasse, on finit par apprendre à se connaître ! Juan est un programmateur informaticien de Medellín en Colombie. Il a décidé de poursuivre son activité professionnelle à travers le monde. Il parcourt ainsi les kilomètres au volant de son combi avant de s’arrêter quelques jours lorsqu’un camping agréable se présente, pour travailler sur la programmation de sites web.

Un soir après une journée mécanique, nous partageons avec lui une cervezita autour d’une partie de “Pérudo.” C’est à ce moment-là que nous nous sommes rendu compte qu’il n’était pas simple d’expliquer les règles de ce jeu de société en espagnol ! Une fois lancé, les parties s’enchaînent, les coups de bluff se succèdent ; les sourires sont sur toutes les lèvres.

Après une semaine de cohabitation, les side-cars sont prêts à retrouver le bitume équatorien. Nous quittons Juan et son combi pour poursuivre l’aventure vers la ligne de l’Équateur

Leydi, Fernando et Valentin

Arrivés par hasard au camping de la Mitad del Mundo, après une journée de route, nous sommes accueillis par Valentin, son fils Fernando et Leydi. Le camping n’a rien d’un camping traditionnel, les grands emplacements sous les pins dans le sud-ouest de la France ont laissé la place au beau petit jardin de la famille. Après avoir monté le campement, Fernando nous présente son projet de créer des classes d’espagnol et de transmettre aux voyageurs la culture de ses ancêtres, au travers de l’astronomie, de leurs croyances et de la culture culinaire. Après avoir fait le tour de la propriété, nous poursuivons la discussion autour de bizcochos (biscuits locaux) et du “Queso de hoja” (un fromage frais servi dans une feuille).

Le lendemain, nous sommes invités à accompagner Selinda, pour grimper sur les hauteurs de la colline, récolter la sève d’agave qui une fois fermentée donnera du Guarango, une boisson alcoolisée au goût étrange.

Nous devions initialement repartir après cette récolte, mais avons finalement trouvé de biens meilleures occupations en restant ici.

Accompagné de Fernando, Julien part en mission pour trouver une cale pour l’une des soupapes de l’un des sides-cars. Pendant ce temps-là, nous nous lançons dans la réalisation d’une quiche et d’une tarte tatin pour faire découvrir un petit peu de cuisine française à nos hôtes. De leur côté, Valentin, Fernando et Leydi nous font la surprise de nous préparer un poulet à la Pachamanca. Cette recette, issue de leurs ancêtres, consiste à cuire un poulet mijoté avec des légumes dans un plat déposé dans un trou dans lequel se trouvent des pierres de lave incandescentes. Il est ensuite recouvert d’une plaque, elle-même recouverte de terre pour conserver la chaleur. Une heure plus tard nous passons à table. Un menu entrée-plat-dessert digne des repas de familles franco-équatoriennes ! Nous partageons de nouveau un très beau moment avec l’ensemble de la famille. Le lendemain matin, pour le petit déjeuner, Leydi nous délivre ses secrets pour réaliser de véritables « Empanadas au Queso. » Le plus important à retenir c’est que « tout est dans la décoration ! » Nous passons là encore un repas convivial sous le soleil autour de la table de jardin.

Mais voilà toute bonne chose à une fin et le moment des adieux arrive lorsque Fernando doit partir pour enseigner l’anglais au collège de Cayambe. Les dernières photos sont prises avant d’enfourcher les motos et de quitter le chemin sous le bruit des klaxons.