Rencontres Autrichiennes

English version available here.


Eva et Willy

Prigglitz, petit village au sud-ouest de Vienne, marque la fin de notre première étape autrichienne, après une journée à moto dans un paysage champêtre. Nous sommes accueillis chez Eva et Willy, nos amis autrichiens. Notre rencontre s’est faite sur un camping au Pérou, où nos tentes avaient trouvées refuge au pied de leur imposant camion aménagé. De retour d’Amérique du Sud, ils sont actuellement en villégiature dans leur maison de vacances. Un magnifique corps de ferme devant lequel nous venons stationner les sides-cars. À peine les moteurs coupés que Eva et Willy nous y accueillent les bras grands ouverts.

Dans la petite cour carrée trône en son centre une jolie flambée ; nous prenons place autour de ce feu de camp théâtral, assis sur d’imposants troncs d’arbres. Nous partageons ensemble la suite de nos périples respectifs, une bière à la main. Celle du soir sort tout droit du frigo naturel de la propriété, un petit cours d’eau qui passe en bordure de terrain. 8 mois se sont écoulés depuis la dernière mousse partagée ensemble ; et bien des péripéties nous sont arrivées depuis, des plus beaux paysages rencontrés à nos plus grands déboires mécaniques. La soirée se poursuit par des grillades sur le feu avant le montage de la tente au milieu du corps de ferme, pour une nuit paisible.

Après un copieux petit-déjeuner, fait de trésors sucrés préparés par Eva et Willy nous quittons nos chaleureux hôtes pour reprendre la suite de notre périple en direction de Linz et de l’entreprise Ural Europe.

Magdalena et Harry

Harry et Magdalena d’Ural Europe, soutiennent notre projet depuis son commencement. Nous ne les remercierons jamais assez pour leur précieuse aide ; et d’avoir été d’une réactivité remarquable quand, une semaine avant le chargement des sides-cars dans le conteneur pour l’Amérique du Sud, ils firent le nécessaire pour nous envoyer en urgence une fourche avant pour l’un des deux sides-cars.

Cette étape au sein des locaux d’Ural Europe était donc pour nous tout un symbole.

C’est en fin d’après-midi que nous garons les side-cars devant le showroom de l’entreprise. Nous y sommes accueillis par Magdalena qui, après une présentation des locaux, nous invite à installer notre campement et planter les tentes à l’arrière de l’entrepôt.

Harry est le responsable des lieux mais aussi notre principal interlocuteur lorsqu’il s’agit de commander des pièces mécaniques.

C’est autour d’un chaleureux barbecue que nous terminons la soirée tous ensemble.

Au réveil, Magdalena et les enfants se rendent dans la ferme d’à côté pour acheter du pain ; avant de nous préparer un excellent petit-déj. Voilà de quoi constituer une importante réserve d’énergie pour la grosse session de mécanique qui nous attend.

La journée défile à toute allure, elle sera passée dans son intégralité dans l’atelier de Ural en compagnie de Günter, le mécano de l’équipe. Il est 19h quand, pour nous féliciter du travail accompli, nous nous autorisons une petite session shopping de goodies Ural, avant de s’adonner à une petite baignade dans le lac à deux kilomètres de là.

Parce que nous avons légèrement traîné avec Emilie sur le changement de pneus de Karadoc, nous croisons à notre arrivée sur les lieux, la petite troupe qui est, elle, sur le chemin du retour. Une avance mise à profit pour entamer la préparation du barbecue. La soirée est arrosée une nouvelle fois de bières locales, rafraîchies dans la brouette de l’atelier, mais petite nouveauté, nous découvrons également le schnaps maison, un nouvel alcool distillé à mettre à l’actif de ce voyage. Et entre nous, il n’y a pas de grandes différences gustatives entre le pisco péruvien, la vodka russe et le schnaps autrichien…

Notre étape “uralistique” se terminera par un nouveau copieux petit dèj avant de quitter Magdalena et Harry et de mettre le cap vers l’Italie.