Night Spot Azéri

English version available here.


Sur les routes d’Azerbaïdjan, le « Gang Russe » a appris à s’apprivoiser.

Faire route ensemble s’est aussi harmoniser nos quotidiens et remettre en question nos habitudes pour s’adapter à celles des baroudeurs qui rejoignent l’équipe.

Après plusieurs mois de voyage et d’expériences respectives sur les routes, chacun de nous s’est adapté à l’idée de se mettre chaque soir en quête du lieu de bivouac. Alors qu’au début du voyage, nous redoutions quelques peu ce moment de la journée ; nous nous sommes finalement habitués à ne pas savoir où nous allions dormir. Jusqu’à progressivement se sentir chez-soi à chaque endroit où nous dressions le campement.

Parti de Bakou en fin de matinée, nous avons dépassé la ville de Shamakhi, pour rejoindre les premières collines boisées du Caucase. Après avoir quitté la route principale, nous devons laisser la priorité à certains troupeaux de moutons qui empruntent la route pour rejoindre leur bergerie. Guidés par des Azeris à cheval, ils sont finalement regroupés pour nous céder le passage.

Nous trouvons en fin d’après-midi, un spot de camping sauvage, sous les arbres en retrait de la route secondaire. Le premier campement pour les six membres du “Russian Gang.”

Il nous faut alors prendre nos repères, adapter notre table pour que les 6 personnes puissent y prendre place. Tout au long de la soirée, un jeu de chaises musicales s’instaure, avec pour objectif de quitter les bidons d’eau de Maika et Christopher pour prendre place dans nos confortables petits fauteuils pliants. L’équipement qui au fil des nuitées de bivouac se révèle de plus en plus indispensable. Nous passons la soirée autour du feu de camp, sur lequel nous faisons griller saucisses et légumes, pour accompagner les traditionnelles bières de fin de journée.

Ce matin-là, les cloches de troupeaux de moutons au lever du soleil feront office de réveil. Nous procédons alors au rituel matinal, avec tout le soin nécessaire. Pendant qu’une équipe est attitrée au pliage des tentes, une autre est en charge du premier repas de la journée. Installation de la table, dépliage des chaises de camping et allumage du réchaud pour le café ; la cafetière italienne frétille, les tartines de pain sont coupées et la confiture est ouverte… Nous voici parés pour ce petit-déjeuner à l’ombre des arbres.

Les forces retrouvées pour partir à l’assaut de cette journée, vient alors le moment de faire le brin de vaisselle et de ranger de nouveau l’ensemble des affaires dans chacun des moindre recoins des valises. Nous quittons ce qui fut notre “chez-nous” pour une nuit, passons la première vitesse et faisons ronfler les moteurs pour quitter le sous-bois et grimper sur l’asphalte, en quête de futurs lieux de villégiature.