Baños, Cuenca et la frontière péruvienne – 5 jours – 1820 mètres d’altitude

English version available here.


Les géants cracheurs de feu sont dorénavant derrière nous. Nous avons poursuivi notre route en mettant cap au sud est et ainsi venir titiller la forêt Amazonienne et ses mystères.

La première étape se fera à Baños, une ville coincée dans le fond d’une vallée connue de tout le pays et des backpackers pour ses eaux thermales et ses balançoires vertigineuses.

Nous arrivons à Baños le jour de la Toussaint. En cette date particulière, les Equatoriens se retrouvent en famille pour célébrer les morts. Aux abords du cimetière de la ville, une certaine effervescence se fait ressentir. Des stands pour l’occasion ont été dressés pour pouvoir se procurer facilement une fleur, ou un  Guagua de Pan, un pain traditionnel partagé en famille spécifiquement ce jour là. Il prend une forme similaire au personnage de « Ti’iscuit » dans le film d’animation Shrek (mais avec un peu moins de classe tout de même). Cette sucrerie est souvent accompagnée de Colada Morada, un breuvage préparé lui aussi spécifiquement pour  cette fête. A la nuit tombée, le cimetière se pare de ses plus belles couleurs grâce à de chaleureux jeux de lumières bleues et jaunes.

Le lendemain sur les conseils d’un baroudeur de longue date – dont on ne sait plus bien si sa nationalité est hollandaise ou sud américaine – nous escaladons la montagne pour atteindre la « Casa del Arbol » et ses balançoires. L’ascension est raide, 1000m de dénivelé positif pour une randonnée longue de 8 kilomètres. Cet effort permet, cependant, de savourer la vue sur la ville et les montagnes environnantes. Mais aussi de relativiser la haute fréquentation touristique de ce lieu. Pour ajouter une touche d’adrénaline, nous essayons ces balançoires si réputées qui permettent de se balancer dans le vide avec un magnifique paysage de montagne en toile de fond.

Après une belle journée de marche, nous quittons Baños en longeant les gorges du Rio Pastaza. L’étroit corridor entre les deux montagnes finit par s’élargir, l’atmosphère évolue, les portes de l’Amazonie s’offrent à nous !

Nous faisons une première escale à proximité de Puyo pour visiter « El refugio  de Los Monos ». Un lieu où sont recueillis des singes ayant connu la captivité ou  ont été victimes du trafic illégal. Nous posons pour la première fois nos pieds dans la jungle au milieu de ces petits cousins si attachants. Et même si elle est ici aménagée, il y règne tout de même un doux parfum d’aventure à la Indiana Jones.

Nous poursuivons notre route vers Cuenca en suivant l’orée de la forêt. Les villages sont espacés de plusieurs dizaines de kilomètres. Autour, les arbres sont les rois, seule une tranchée rectiligne a été tracée pour y construire cette belle route. Notre arrêt à Sucua marque la fin de cette parenthèse amazonienne. Nous escaladons alors un col, en travaux de sa base à son sommet, pour rejoindre Cuenca.

Cette ville étudiante possède une architecture au style colonial remarquable. Sa place principale est chaleureuse et la cathédrale de la Immaculada Conception est l’une des plus impressionnantes que l’on ait pu voir jusqu’à présent. Il est agréable de parcourir le centre-ville à pied, la circulation y est peu importante  (c’est suffisamment rare pour être souligné). Il est ainsi agréable de partir à la découverte de la multitude d’églises aux styles différents, et toutes plus belles les unes que les autres. Les petites places y sont également nombreuses et le Rio Tomebamba, au sud, offre un cadre sympathique pour la promenade.

Après deux jours passés dans la cité blanche, nous reprenons la direction de la frontière péruvienne. Après avoir traversé des champs impressionnants de bananiers, nous faisons étape à Santa Rosa pour passer la nuit avant de traverser la frontière le lendemain.

La route est toujours aussi belle pour rejoindre le poste frontière de Arenillas ; mais chose étonnante, elle est également déserte. Cinq kilomètres avant le Pérou nous nous arrêtons au poste frontière Equatorien pour réaliser, auprès de la douane, la sortie du territoire des side-cars.

Nous franchissons ensuite le pont enjambant la rivière qui sépare les deux pays ; nous sommes seuls, au milieu de nulle part, et un soleil de plomb tape au-dessus de nos têtes. Quelques kilomètres plus loin nous arrivons au poste frontière péruvien. À notre grand étonnement, personne ! Nous obtenons en l’espace d’une petite demi-heure les tampons validants notre sortie d’Équateur, l’apposition sur nos passeports d’un visa nous autorisant à rester 90 jours sur le territoire péruvien et le document officialisant l’importation des side-cars dans ce nouveau pays. Le plus long sera finalement de trouver une banque pour retirer nos premiers « Soles Péruvien » pour payer le SOAT, une assurance qui permet de circuler librement sur les routes du pays.

Après un petit aller-retour à Thumbes, le Pérou nous ouvre ses portes.


NOS COUPS DE COEUR 
 

Où manger ?  

Arepas To Go
Oriente, Baños

Arrivés en fin d’après-midi à Baños, le ventre vide, rien de tel que de délicieuses petites Arepas vénézuéliennes pour se requinquer. Bien garnies et à un prix très raisonnable. A coup sûr une bonne adresse sans prétention.

 

Où prendre un verre ? 

 Microbrasserie La Compania
Presidente Borrero 4-62 y Honorato Vasquez, Cuenca

Une microbrasserie, bien située, et à l’ambiance chaleureuse. Murs et tables en bois, large choix de bières à la pression, on pourrait se croire dans un pub irlandais (notre objectivité est un petit peu altérée après de si longues semaines sans bières à la pression).

Stray Dog BewPub
Rocafuerte y Maldonado, Baños

Après une petite marche pour atteindre la Casa del Arbol ; la récupération passe par une petite mousse. Pour cela rien de tel qu’un petit verre au Stray Dog Pub qui brasse ses propres bières. Le prix de la pinte n’est pas donné mais les saveurs des breuvages et l’originalité du lieu nous font vite oublier le petit trou dans le porte-monnaie.