Bogota – 4 jours – 2640m d’altitude

English version available here.


Fini les frites et la bière belge, après un trajet de 14h (dont une petite escale de deux heures à Madrid) avec la compagnie aérienne Air Europa, le capitaine de bord annonce notre arrivée à l’aéroport international de Bogota. Il est alors 18h30 heure locale et la météo extérieure prévoit 13°C.

Après notre descente de l’avion, passage par les guichets de l’immigration où nous obtenons notre visa touristique pour les 90 prochains jours sans difficulté.

Une fois arrivés à l’hôtel de la Casa Colibri, nous ne faisons pas de vieux os, nous nous glissons sous la couverture. Il est 22h heure locale, 4h à Paris ; et demain Bogota nous tend les bras!

Bogota est situé sur un vaste plateau entouré de montagne. Son centre historique borde d’ailleurs la colline de Montserrate (3152m) où a été érigée une basilique par les conquistadors espagnols. Cette colline accessible à pied ou en funiculaire bénéficie par ailleurs d’un point de vue imprenable sur la ville.

La capitale colombienne offre une large palette d’atmosphères selon les différents quartiers que nous visitons.

Le quartier historique, la Candelaria, aux abords de la place Simon Bolivar est celui regroupant le plus grand nombre de sites touristiques. Le plus célèbre est la place Simon Bolivar qui par sa taille est impressionnante. Bordée par le Capitole National, la Cathédrale Primada, le palais de justice et l’hôtel de ville, elle présente une architecture remarquable. Cette place est également le lieu d’expression privilégié des colombiens. Lors de notre passage, nous avons ainsi pu y observer une manifestation de soutien aux immigrés Vénézuéliens.

Le quartier de la Candelaria est resté pittoresque, ses rues étroites et colorées sur le versant de la colline offrent une atmosphère agréable pour s’y promener.

Dans ce quartier nous avons visité deux musées majeurs de Bogota. Le premier “el museo de Oro” exposant une collection impressionnante d’ornements issus de la civilisation pré-colombienne. Outre la beauté des pièces exposées, il nous permet d’en savoir un peu plus sur la culture et les croyances de ce peuple.

Le second est le musée Botero mettant à l’honneur le célèbre peintre colombien et ses œuvres de corps et objets disproportionnés, pour ne pas dire “gros”. Ce musée offre un beau moment de détente face à ses œuvres originales.

En prenant, à pied, la direction du parc Simon Bolivar nous traversons différentes ambiances. Entre les rues 8 et 20, tout d’abord, la pauvreté montre son plus triste visage. Les gens vendent dans la rue tout objet pouvant avoir une petite valeur. On y retrouve donc des visières de casques de motos, des bracelets, des fruits et légumes, etc.

Puis quelques rues plus loin, un centre commercial marque la séparation avec le campus universitaire de sciences biologiques et sociales ; qui lui même annonce l’entrée dans un quartier plus huppé constitué principalement des bureaux de différentes compagnies.

Le centre économique de la capitale se trouve dans “l’area T” après la rue 85. Très proches de l’ambiance occidentale on y retrouve les enseignes européennes et la population la plus aisée de la ville.

Lors de ces quelques jours à Bogota nous avons testé quelques spécialités culinaires locales telles que les arepas, la papa rellena, les empanadas, et des fruits qui nous étaient encore inconnus (Lulo, Pitaya, Cherimoya, et Granadilla). Un plaisir pour les papilles.