Baignades grecques

English version available here.


Avant ce voyage, vous m’auriez demandé quelle serait pour moi la baignade grecque idéale, je vous aurai parlé d’une crique avec ses eaux cristallines et son sable fin.

Ce décor de carte postale, nous l’avons touché du doigt à Ouranoupoli. Alors que nous espérions naïvement pouvoir entrer sur le Mont Athos ; mais devant les gardes frontaliers, il nous faut rebrousser chemin et nous arrêter sur la dernière crique avant le mont Athos.

Devant nous une plage déserte. En un rien de temps, nous voilà étendues sur nos serviettes, les doigts de pied en éventail. Nous nous adonnons ensuite aux joies de la plongée entre les rochers. Le fond parait presque à portée de mains, alors qu’en réalité, il est à plusieurs mètres. Le sable, d’un blanc si pure, nous donne l’illusion d’être dans une piscine. Finalement un autre couple finira par surgir de la crique voisine sur un matelas gonflable mettant un terme à cette parenthèse enchantée.

Mais après réflexion, la baignade grecque la plus marquante, parce que plus improbable et plus authentique, nous l’avons connue dans la ville de Kavala…

À l’extrémité de la pointe de la vieille ville, sous son vieux phare blanc, la petite plage est calme, à l’abris du tumulte de la ville et de sa circulation. Seuls les rires des nageurs et nageuses, au milieu de cette eau cristalline vient rompre le silence ambiant.

Le lieu est prisé des retraités, qui viennent y passer du bon temps entre amis. Les femmes nagent, bonnet de bain sur la tête ; pendant que leurs maris, le visage dans l’eau, pêchent moules et oursins, pour ensuite les décortiquer sur les rochers.

Pour se joindre à eux, il nous faut au préalable poser nos affaires sur des entailles minérales faisant office de porte-manteaux, il faut ensuite descendre à l’eau en évitant de marcher sur les oursins ; les conseils des locaux sont alors des plus précieux. Puis vient le moment privilégié de quelques brasses, lunette de piscine sur la tête à contempler le fond rocailleux couvert de ces mollusques à piques noirs. Une dizaine de mètres plus loin, les rochers s’enfoncent dans les profondeurs laissant le plongeur face à un vide abyssale.

Le bain matinal se termine par le passage sous la douche publique à l’entrée du spot, chacun y conclut ses conversations avant de s’habiller et de reprendre son train-train quotidien. Le nôtre est fait d’asphalte et de bruits de moteurs quand celui de nos amis nageurs sera agrémenté de jeux de cartes et de bavardages…