Carthagène – 1 semaine – 2 mètres d’altitude

English version available here.


Arrivée à Carthagène, dimanche soir, la principale préoccupation de ce séjour est l’import de nos side-cars sur le territoire colombien. Cette mission administrative nous a pris un certain temps ; mais elle ne nous a pas empêché de profiter des rues colorées de cette jolie ville.

Situé sur la côte des Caraïbes, le climat en ce mois de septembre est à la fois chaud (environ 30°C) et très humide (80% d’humidité). La ville, quant à elle, est très touristique. Son centre historique fortifié, constitué de belles petites rues colorées, se prêtent parfaitement à de jolies promenades parfumées de notes hispanique.…

Bogota – 4 jours – 2640m d’altitude

English version available here.


Fini les frites et la bière belge, après un trajet de 14h (dont une petite escale de deux heures à Madrid) avec la compagnie aérienne Air Europa, le capitaine de bord annonce notre arrivée à l’aéroport international de Bogota. Il est alors 18h30 heure locale et la météo extérieure prévoit 13°C.

Après notre descente de l’avion, passage par les guichets de l’immigration où nous obtenons notre visa touristique pour les 90 prochains jours sans difficulté.

Une fois arrivés à l’hôtel de la Casa Colibri, nous ne faisons pas de vieux os, nous nous glissons sous la couverture.…

J. -100 ? Vraiment ?

Il y a des étapes qui marquent la préparation d’un tel voyage !

Le premier moment important est celui où nous nous sommes tous engagés à 100% dans ce projet. Il y a ensuite eu les 100 premiers euros de dépenser ; puis passer pour la première fois la barre symbolique  des 100km/h à bord de nos engins. Il y a aujourd’hui la date fatidique des 100 jours précédant notre envol pour un épique tour du monde !

Depuis plus d’un an, nous construisons ensemble ce projet. Nous avons déjà dû faire face à des inquiétudes, traverser des moments de doute, mais petit-à-petit le projet se construit, forgeant ainsi notre motivation pour que ce voyage puisse voir le jour.…

Les origines de ce tour du monde !

Pour nous, faire le tour du monde est une idée qui a germé autour d’une bière lors d’une discussion entre amis.

C’est un projet pour lequel consciemment nous connaissons les complications et savons, en partie, les difficultés auxquelles nous allons être confrontés. Mais voilà, faire le tour du monde c’est aussi réaliser un rêve d’enfant, alors qu’importe les galères, nous prenons la route !

Mais pourquoi cette notion de « rêve d’enfant » nous incite-t-elle aujourd’hui à quitter notre petit confort quotidien au risque de le perdre à notre retour ?

N’avions-nous qu’un seul rêve ? Et sinon, pourquoi vouloir réaliser celui-ci plutôt qu’un autre ?

Deux Urals pour 2018

Et l’année 2018 débuta par l’acquisition de nos deux bolides.

Un tour du monde, oui… mais comment ?

C’est la première question que se pose toute personne qui se lance dans cette aventure : partir oui, mais avec quel moyen de transport ? Monter ce projet à quatre se traduit nécessairement par quatre fois plus de rêves, d’idées farfelues et de moyens de locomotion proposés et donc à analyser. Nous nous sommes imaginés à tour de rôle partir en sac à dos, en van, en mobylette, en vélo, en auto-stop ou encore en véhicule électrique ! Chacun apportant les arguments pour défendre son idée, il n’était pas évident de prendre une décision qui conviendrait à tous.